Retour au blog
25 oct. 2019

Le workation, ou quand le travail et les vacances ne font plus qu'un

Avec le développement des nouvelles technologies, nous sommes de plus en plus connectés et cela aussi bien dans la vie personnelle que professionnelle. Conséquence ? Le travail s’immisce désormais dans la vie de tous les jours, même pendant les vacances. Répondre à ses mails ou intervenir sur un dossier tout en lézardant sur la plage est devenu plus que courant. Et il porte un nom : le workation. Découvrons plus en détail ce nouveau phénomène. Et si le workation était la clé pour des vacances réussies et/ou un travail épanoui ?

Définition et origine du workation

Le mot workation vient de la contraction de « work », qui signifie travailler, et de « vacation » qui veut dire vacances. Le workation est donc le fait de travailler pendant ses congés. Ce terme est apparu il y a déjà une dizaine d’années aux Etats-Unis suite à l’émergence des nouvelles technologies. En effet, avec l’apparition des smartphones et la possibilité de se connecter à Internet, il n’a pas fallu longtemps pour que certains voyageurs jettent un œil sur leur boîte mail professionnelle durant leurs vacances. Et ils sont de plus en plus nombreux à le faire, notamment grâce au wifi qui permet de se connecter à Internet un peu partout dans le monde.

Une étude de l’Ifop met d’ailleurs en exergue cette tendance : 78 % des voyageurs restent connectés pendant leurs vacances. Magasins, restaurants, centres commerciaux, aéroports ou même transports en commun, en un seul geste vous avez accès à Internet où que vous soyez (ou presque). Le workation permet donc de ne plus avoir à choisir entre travail et congés. Et probablement de se sentir moins coupable de travailler alors que l’on n’est pas à son bureau…

Précisons également que le workation est étroitement lié au télétravail et au coworking qui se développent de plus en plus. Il est en quelque sorte une continuité de ces nouveaux modes de travail.

A qui s’adresse le workation ?

Le workation s’adresse avant tout aux indépendants, notamment les freelances et les nomades digitaux, plus communément appelés « digital nomads ». Ils peuvent travailler de n’importe quel endroit, du moment qu’ils ont accès à Internet. Pour répondre à leurs besoins, des maisons d’hôtes dédiées au workation ont fleuri dans de nombreux pays depuis quelques années. On en compte un peu plus de 150 aujourd’hui en Europe, aux Etats-Unis, à Bali, au Japon… Elles allient l’utile à l’agréable en proposant un open space avec du wifi en haut débit et des activités sportives, culturelles ou de bien-être par exemple.

Tel est le cas de la Swenson House située dans le Finistère. Elle propose à ses pensionnaires un espace de coworking et des séances de surf ou de pilates. Une formule reproduite dans les autres maisons d’hôtes du monde entier et que les adeptes du workation apprécient. En plus de travailler dans des conditions plutôt agréables (face à l’océan, c’est quand même plus sympa que d’être enfermé dans un bureau), ils font de nouvelles rencontres et partagent des moments ensemble, comme le feraient des collègues de bureau.

Cette façon de travailler séduit toutefois de plus en plus de personnes, sans qu’elles soient forcément freelances ou digital nomads. Elles aspirent à une certaine liberté et ne veulent pas suivre le schéma classique du « métro-boulot-dodo ». Cela concerne surtout les nouvelles générations qui n’ont pas envie que travail rime avec contraintes. Mais le workation devient aussi en vogue chez les cadres des entreprises. Ayant certaines obligations et responsabilités, cela leur permet de suivre leurs dossiers importants et d’intervenir si besoin où qu’ils soient.

Avantages et inconvénients

A première vue, le workation est plutôt attractif comme façon de travailler. Il permet une certaine flexibilité et de travailler dans des lieux insoupçonnés. Il apporte également beaucoup de bénéfices sur le bien-être avec une nette diminution du stress. Eh oui, fini les embouteillages ou la saturation dans les transports en commun ! Et cela à une incidence positive sur le travail : la productivité n’en est que meilleure.

Or, il existe quand même certains inconvénients. Le tout premier concerne le juste équilibre à trouver entre la vie privée et professionnelle. Notamment lorsque l’on a des enfants. Il faut savoir décrocher au bon moment pour ne pas passer à côté de choses importantes. N’oublions pas que les vacances sont propices à se retrouver et à partager des moments tous ensemble.

Autre inconvénient, le rythme inhérent au workation. Si votre job consiste à vous déplacer régulièrement, au bout d’un moment, la fatigue se fait sentir. Le manque de cadre peut aussi poser problème à celui ou celle qui pratique le workation. Sans personne sur son dos, il est facile de dévier de ses objectifs et finalement d’être plus en « vacation » qu’en « work ». Une autodiscipline à s’imposer dès le début de son activité en fixant des règles qu’il faudra suivre à la lettre ! Citons aussi la solitude. Même si les maisons d’hôtes permettent de rencontrer différentes personnes, cela reste souvent éphémère. En effet, chacun vaque ensuite à ses propres obligations professionnelles.

Partez en voyage de groupe avec Odysway

Si vous aussi vous souhaitez essayer le workation, Odysway propose d’organiser des voyages de groupe pour entreprises, associations, clubs de sport ou comités d’entreprise. Que ce soient des séminaires, des voyages incentives, des team building, vous vivrez des expériences inoubliables et fédératrices, qui sortent réellement de l’ordinaire. Contactez-nous : contact@voyageurs.odysway.com !