Retour au blog
06 mars 2020

Le slow tourisme : un mode de voyage de plus en plus en vogue

Dans un monde qui va de plus en plus vite, le slow tourisme commence à se faire sa place dans le paysage des voyages. Envie de se déconnecter, de retrouver le goût des choses simples et de découvrir le monde autrement, telles sont les envies de voyageurs en quête d’un tourisme authentique. Focus sur un mode de voyage de plus en plus en vogue.

Le slow tourisme en quelques mots

Le slow tourisme, nous en parlions déjà il y a quelques mois dans l’un de nos articles sur les bienfaits du vélo en voyage. Il s’agit d’une nouvelle façon de voyager qui privilégie la qualité à la quantité. Son objectif ? Profiter pleinement de ce qui nous entoure tant au niveau humain qu’environnemental. Prendre le temps de faire des rencontres, de partager, d’échanger, de créer des liens… Mais aussi d’être en harmonie avec la nature en la respectant.

Le slow tourisme, c’est aussi et surtout laisser place à l’improvisation. On est bien loin du tourisme de masse où les touristes se pressent pour tout voir sans finalement apprécier (et comprendre) ce qu’ils ont vu.

Le slow tourisme oui, mais où et comment ?

Le slow tourisme est possible partout dans le monde !

Véritable état d’esprit, le slow tourisme demande d’abord un certain lâcher prise. C’est-à-dire que vous devez accepter de ne pas tout voir et ne pas tout faire lors de votre voyage. Une fois cette notion intégrée, vous pourrez alors davantage apprécier votre séjour. Apparu aux débuts des années 2000, il a beaucoup évolué. Alors qu’il était davantage axé sur des séjours de proximité, il est aujourd’hui un mode de voyage qu’il est possible de pratiquer partout dans le monde. Il suffit juste d’appliquer ses préceptes ! Que vous partiez en France, en Europe, en Asie ou ailleurs, le slow tourisme est à portée de main. Le tout est de rester flexible. On vous explique pourquoi.

Les bonnes pratiques

Une des premières choses à faire : ne rien prévoir, du moins pas tout, ce qui pourrait totalement brider votre voyage. Ne surchargez pas non plus votre programme car vous n’êtes pas à l’abri de faire une rencontre ou de tomber amoureux d’un lieu qui bouleverseront votre organisation. Autre conseil : s’installer pendant plusieurs jours au même endroit et explorer les environs à votre guise. Pour cela, l’idéal est de louer un appartement ou encore mieux, de loger chez l’habitant. Celui-ci sera à même de vous donner des tuyaux pour des visites et découvertes hors des sentiers battus, de vous faire découvrir son mode de vie etc. Et si vous apprenez quelques mots de la langue du pays, l’échange sera d’autant plus riche.

Comme nous l’avons dit plus haut, pratiquer le slow tourisme c’est prendre son temps. Privilégiez donc des moyens de transport adaptés comme le vélo, la marche, le cheval, le kayak, le train ou même la roulotte. C’est un excellent moyen pour vraiment profiter des paysages et favoriser les rencontres. Utilisez aussi les transports locaux dont certains vous laisseront sûrement d’impérissables souvenirs. Et puis, optez pour des découvertes hors des sentiers battus. Qu’il est agréable d’avoir un lieu rien que pour soit, loin de la foule et du bruit.

undefined

Enfin, une autre bonne pratique consiste à consommer les produits locaux. Oubliez les restaurants dits « internationaux » et préférez les petites gargottes pour des saveurs 100 % locales. Ou si vous aimez cuisiner, pourquoi ne pas tenter de nouvelles recettes avec ce que vous aurez acheté au marché ?

Surfez sur internet pour vous donner des idées

Dans votre démarche, Internet se révèle être une source précieuse pour des expériences de slow tourisme. Vous y trouverez des sites proposant notamment :

  • du couchsurfing : être logé gratuitement chez quelqu’un
  • du woofing : être logé et nourri gratuitement en échange de menus travaux
  • du house-sitting : s’occuper d’une maison en l’absence des propriétaires

Toutes ces formes de voyage contribuent à être au plus près de la culture locale, de vivre un réel enrichissement humain. En plus de vous accueillir, vos hôtes vous immergeront dans leur vie quotidienne et vous n’avez plus qu’à vous laisser conduire pour des expériences que vous n’auriez probablement pas vécues autrement.

Et si c’était la réponse au tourisme de demain ?

Aujourd’hui, l’impact du tourisme sur l’environnement est au cœur de nombreuses préoccupations. Empreinte carbone élevée, destruction des habitats naturels, gaspillage, mise en danger des espèces animales et végétales, pollution… ne sont que quelques exemples des effets néfastes de ce secteur qui compte de plus en plus de voyageurs chaque année. En pratiquant le slow tourisme, vous contribuez à un tourisme responsable où les hommes et la nature sont respectés. Comment ? En faisant notamment tourner l’économie locale : nourriture, logement, artisanat etc. Mais aussi en étant respectueux de l’environnement en préconisant (lorsque c’est possible) des moyens de transports moins polluants. Des ingrédients essentiels pour voyager de façon éthique.

A chacun son slow tourisme !

Tout le monde peut pratiquer le slow tourisme. Seul, à deux, entre amis ou en famille, il suffit simplement d’adapter votre séjour selon vos envies et vos capacités. De même, peu importe le temps que vous consacrez à vos vacances, ce type de tourisme s’applique au quotidien. Vous n’avez donc plus aucune excuse !