Retour au blog
01 juil. 2019

La vie nomade en Mongolie

Vaste territoire entre la Russie et la Chine, la Mongolie fascine. Autant pour ses paysages sauvages à perte de vue que pour les peuples qui y habitent. Ces peuples au mode de vie nomade perpétuent encore des traditions ancestrales tout en essayant de survivre face à des conditions climatiques de plus en plus rudes, à la pression de la sédentarisation et de la modernisation. Mais comment se déroule une vie de nomade en Mongolie ? Qui sont ces peuples qui se déplacent à travers les steppes ?

La vie nomade : une tradition mongole lointaine

La Mongolie reste l’un des rares pays où la vie nomade continue d’exister. Datant de plusieurs millénaires, le nomadisme est aujourd’hui indissociable de la culture et de l’histoire mongole. En outre, l’élevage des animaux fait partie intégrante de ce mode de vie car ils permettent aux nomades de subvenir à leurs besoins quotidiens. En effet, certains peuples vivent parfois en totale autarcie et leurs troupeaux sont leurs seules sources de nourriture. Et comme les prairies ne suffisent pas à nourrir suffisamment les troupeaux, ils sont obligés de changer d’emplacement régulièrement.

Un mode de vie en osmose avec les animaux

Un yack en Mongolie
Un yack broutant de l’herbe

Les nomades élèvent des vaches, des yacks, des chèvres et des chevaux. Ceux qui vivent dans le désert de Gobi élèvent des chameaux, les seuls à résister aux conditions climatiques extrêmes. En outre, chaque animal produit de quoi faire vivre les familles : de la viande, du lait, de la laine, de la graisse ou du cuir. Elles peuvent ainsi se nourrir, se vêtir et fabriquer des objets utiles au quotidien. Par contre, les chevaux et les chameaux sont utilisés comme moyens de transport. Les nomades se nourrissent de viande et de lait (très riche), ce qui leur permet de résister aux conditions hivernales difficiles. La laine de mouton est transformée en feutre qui sert ensuite à fabriquer des vêtements chauds et à isoler les yourtes.

Chameaux nomades désert Gobi
Des chameaux dans le désert de Gobi

Tout comme les animaux subviennent aux besoins des nomades, ces derniers doivent également pourvoir aux besoins de leurs troupeaux. Il faut savoir qu’ils ont une grande connaissance des cycles naturels et savent à quel moment leurs bêtes ont besoin de changer d’environnement. Ils se déplacent donc plusieurs fois par an en fonction des saisons afin de trouver de quoi les nourrir. Chez les peuples nomades mongols, il existe ainsi des pâturages d’été, d’automne, d’hiver et de printemps. Ce sont en règle générale les mêmes, année après année. En été, les nomades s’installent près des rivières pour que leurs troupeaux aient de l’eau en abondance. C’est également à cette période mais aussi en automne qu’ils engraissent leurs animaux pour qu’ils puissent faire face à l’hiver. Et en hiver, ils se mettent dans un lieu à l’abri du vent et du froid et enferment leurs troupeaux dans des enclos.

Des ethnies nomades, semi-nomades et sédentaires

Les peuples nomades de Mongolie sont réputés pour leur hospitalité. Chaque voyageur curieux de découvrir la culture et la vie des familles mongoles est le bienvenu. Celles-ci se feront un plaisir de partager leur façon de vivre. 

Yourtes, vie nomade en Mongolie
Les yourtes : le logement des nomades en Mongolie

Il y aurait environ 900 000 nomades en Mongolie vivant au sein de différentes ethnies (environ 25). Parmi eux, les Khalkhas sont les plus nombreux et vivent en Mongolie centrale et inférieure. Semi-nomades, ce sont essentiellement des éleveurs et des agriculteurs. Il y a également les Bouriates dont une grande partie est sédentaire et urbanisée et l’autre vit encore de façon nomade en logeant dans des yourtes et en pratiquant l’élevage. Les Khazaks sont un peuple pastoral de la chaîne de l’Altaï et qui vit au rythme des saisons.

Les Tsaatans : une vie de nomade à part entière

Les Tsaatans, nomades du nord de la Mongolie
Les Tsaatans, des éleveurs de rennes vivant dans le nord de la Mongolie

Dans la province du Khövsgöl dans la taïga, dans le nord de la Mongolie, il existe une petite ethnie qui rassemble aujourd’hui quelques dizaines de familles : ce sont les Tsaatans. Originaires de Sibérie, ce sont des éleveurs de rennes qui perpétuent encore des traditions et des rituels ancestraux. D’ailleurs le mot tsaatan signifie « ceux qui vivent avec les rennes ». Ils sont les derniers à vivre de l’élevage de ces animaux dans cette région reculée et isolée de Mongolie. Contrairement aux autres peuples, ils vivent dans des tipis et non dans des yourtes. Ils sont totalement dépendants de leurs rennes qui leur permettent de vivre et dont ils se servent comme monnaie d’échange. Tous les ans, les rennes perdent leurs bois qui sont alors sculptés en différents objets puis revendus. Mais aujourd’hui, la vie nomade des Tsaatans fait face à plusieurs menaces telles que la diminution du nombre de rennes, mais aussi l’industrialisation qui gagne du terrain sur les étendues qui servent d’habitat aux nomades mongols.

Immersion chez les nomades avec Odysway : vivre leur vie nomade

Vie nomade d'un enfant Tsaatan avec un rêne
Un enfant Tsaatan avec un rêne

Les nomades sont vraiment un peuple à part et s’immerger dans leur vie quotidienne est une expérience à part entière qu’Odysway a décidé de vous faire vivre. Accompagné d’un guide, lui-même d’origine Mongol, vous vivrez plusieurs jours au rythme de la vie nomade. Cueillette, traite des rennes, élevage, une immersion dans une vie nomade hors du temps et très enrichissante. En outre, le chamanisme fait partie des rituels de la tribu. Vous aurez probablement la possibilité d’assister à ce rituel si particulier lors de votre séjour.