Retour au blog
29 sept. 2018

Le saut du Gol, un rituel ancestral du Vanuatu

Au large de l’Australie, en plein océan Pacifique, le Vanuatu a comme un air de bout du monde. Le cadre est un enchantement pour les yeux entre les eaux turquoise et la végétation luxuriante. Parmi les 83 îles qui composent le Vanuatu, l’île de Pentecôte est réputée pour son rituel initiatique : le saut du Gol.

La légende du saut du Gol

Considéré comme l’ancêtre du saut à l’élastique, le saut du Gol fait suite à une légende. Elle raconte l’histoire d’une femme qui ne voulait pas consommer son mariage. Pour fuir son mari violent, elle se réfugia en haut d’un arbre. Cependant son mari la suivit et elle décida alors de se jeter dans le vide. Le mari désespéré en fit autant et se tua. Mais ce qu’il ignorait, c’est que sa femme s’était attachée les pieds avec une liane, si bien qu’elle survit à sa chute. Un homme du village, estimant avoir été humilié par cette ruse, fit construire une immense tour, lia ses chevilles et sauta pour montrer sa virilité. Depuis ce jour, le saut du Gol est devenu un rituel emblématique de l’île de Pentecôte. Réservé aux hommes, il veut montrer aux femmes qu’ils ne seront plus jamais dupes…

La signification du rituel aujourd’hui

Signe de virilité selon la légende, le saut du Gol est désormais davantage un rite de fertilité de la terre et de passage à l’âge adulte. Les habitants de l’île de Pentecôte sont particulièrement reconnaissants et respectueux de la nature et ce qu’elle leur apporte. Pour que la terre continue à être fertile, les sauteurs doivent faire un geste bien précis lorsqu’ils se jettent dans le vide : toucher le sol avec leurs épaules.

Le déroulement du rituel

En avril, lorsque la première récolte d’ignames est prête, les hommes partent en forêt pour commencer la construction de la tour, dénommée le Gol. D’une hauteur de 20 à 30 m, elle est constituée de bois et de cordes issus de la forêt. Ils complètent la construction avec des plateformes positionnées à différentes hauteurs. Pour la conception de leur corde, les sauteurs utilisent les lianes des ignames dont la particularité est d’être élastique. Et ils doivent faire très attention à sa longueur. En effet, si elle est trop courte, les épaules ne pourront pas toucher le sol. Et si elle est trop longue, le risque d’accident est inévitable…

Le jour du rituel, tout le village se rassemble au pied de la tour. Chaque sauteur escalade le Gol et se positionne sur l’une des plateformes. Les plus basses sont destinées aux plus jeunes, tandis que la plus élevée est réservée au chef du village. Tout au long de cette cérémonie traditionnelle, la tribu célèbre ces hommes en entonnant des chants et des danses pour les encourager.