Retour au blog
15 janv. 2019

Pourquoi ne faut-il pas faire de l'éléphant en Thaïlande ?

Dans toute destination touristique, il y a toujours une attraction phare qui caractérise le pays. Monuments historiques, sites culturels ou nature exceptionnelle, ces centres d’intérêts attirent la curiosité des voyageurs. Tel est le cas en Thaïlande où la balade à dos d’éléphant est l’une de ces attractions majeures du pays. En réalité, nous sommes loin de l’image insolite qu’elle peut renvoyer. Entre maltraitance et business lucratif, voici pourquoi il ne faut pas faire de l’éléphant en Thaïlande.

L’éléphant en Thaïlande : du symbole à l’exploitation

faire de l'éléphant en Thaïlande

Des éléphants dans leur milieu naturel

L’animal sauvage, quel qu’il soit, constitue une curiosité chez nous les hommes. A la fois mystérieux et envoûtant, on a envie de s’en approcher, de l’admirer. Et l’éléphant en Thaïlande fait partie de ces animaux sauvages que l’on aimerait voir de plus près. Effectivement, faire face à un géant pouvant peser jusqu’à 5 tonnes ne peut être qu’impressionnant.

En Thaïlande, l’éléphant est un véritable symbole et cela depuis la fondation du royaume de Siam au XIVe siècle. En effet, il était considéré comme un symbole de paix et de prospérité. Aujourd’hui, il est présent partout, notamment à travers des sculptures, des objets et même sur les vêtements. Dans le bouddhisme, il représente la faculté à maîtriser son mental, expliquant son omniprésence dans les temples.

Malgré cette position glorieuse, cela n’a pas empêché son exploitation lors de travaux, notamment dans les forêts. Il a également servi dans les villes pour la mendicité. Mais en 1989, une loi interdisant l’utilisation des éléphants en Thaïlande a obligé les propriétaires à leur trouver une reconversion. Face à l’émergence du tourisme en Thaïlande, notamment des visiteurs occidentaux, l’idée est venue de proposer des balades à dos d’éléphant. Cette pratique fut renforcée en 2007 avec une autre loi interdisant la mendicité. C’est ainsi que, chaque année, plusieurs millions de visiteurs participent à cette attraction populaire. Pourtant, avant de pouvoir monter sur le dos d’un éléphant en Thaïlande, ils ne se doutent pas des nombreuses maltraitances subies par cet animal.

La domestication de l’éléphant en Thaïlande

faire de l'éléphant en Thaïlande

Touristes sur des éléphants Thaï

La domestication de l’éléphant en Thaïlande passe par un rituel bien particulier et très cruel, nommé phajaan. En effet, dès le plus jeune âge, l’éléphanteau est pris à sa mère, directement dans son milieu naturel. Ce qui est par ailleurs un acte illégal en Thaïlande. Il faut savoir que pour qu’un éléphanteau grandisse dans les meilleures conditions possibles, il doit rester avec sa mère au moins jusqu’à ses 4 ou 5 ans.

Le rituel du phajaan consiste à briser l’esprit de l’éléphant, pour qu’il devienne totalement soumis à l’homme. En ayant peur de lui, l’éléphant sera dressé plus facilement par le mahout. L’éléphanteau est donc tout d’abord enfermé et enchaîné dans une cage très étroite l’empêchant de bouger. Ensuite, il est privé de nourriture, d’eau, de sommeil mais aussi battu, électrocuté ou étouffé. A cause de sa peau très fine, l’éléphant possède plusieurs endroits sensibles comme la tête, les oreilles, les joues ou les articulations. Ce sont sur ces parties que les mahouts s’acharnent pendant le rituel. Et ces actes barbares durent entre 4 et 6 jours. Pendant cette période du phajaan, environ la moitié des éléphanteaux meurent… Beaucoup connaissent de graves séquelles physiques et psychologiques. Ceux qui arrivent à survivre sont ensuite dressés. Cependant, le calvaire et les souffrances de l’éléphant en Thaïlande ne sont pas terminés pour autant.

Et la maltraitance de l’éléphant continue…

faire de l'éléphant en Thaïlande

Des éléphants sur une route et portant une lourde nacelle

Pour promener les voyageurs, les éléphants en Thaïlande sont équipés d’une nacelle. On pourrait penser que, du fait de leur gabarit, ils peuvent supporter de lourdes charges. Et bien pas du tout. Le dos est la partie la plus fragile de leur corps, c’est pourquoi ils ne peuvent pas porter plus de 150 kg. En sachant qu’une nacelle pèse jusqu’à 100 kg, qu’il faut ajouter le poids du mahout et celui des visiteurs, pas besoin d’être le roi des maths pour se rendre compte que l’on dépasse largement ce poids.

Ainsi, durant plusieurs heures, les éléphants promènent les touristes. Parfois, ils ne peuvent ni manger, ni boire, ni se reposer. Pourtant un éléphant doit manger au moins 200 kg de nourriture et boire 200 L d’eau par jour. De plus, il est attaché en plein soleil sans pouvoir se protéger alors que l’éléphant de Thaïlande souffre de la chaleur. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant qu’il devienne agressif, fou ou qu’il meure d’épuisement.

Or la torture ne s’arrête pas là puisque l’éléphant continue d’être maltraité. En effet, pour s’assurer qu’il obéira parfaitement, le mahout assène des coups sur ses blessures avec un bullhook, sorte de pic à glace. Ainsi, l’éléphant se souvient de ce qu’il a vécu pendant le rituel du phanjaan. Et pour ne pas avoir à revivre ça, il se soumet complètement. Si vous croisez des éléphants domestiqués en Thaïlande, vous remarquerez ces blessures, notamment au niveau de la tête.

Par ailleurs, n’oublions pas que l’éléphant reste un animal sauvage. Il a donc des réactions imprévisibles que même le mahout ne peut prévoir. Tel est le cas lors de la période de chaleur du mâle, le musth, où l’éléphant est particulièrement agressif. Faire de l’éléphant en Thaïlande est donc dangereux, aussi bien pour lui que pour vous.

Des centres pour sauver l’éléphant en Thaïlande

faire de l'éléphant en Thaïlande

Une moine bouddhiste avec un éléphant

Au début du XXe siècle, il y avait environ 100 000 éléphants en Thaïlande. Aujourd’hui, ils ne sont plus que quelques milliers dont la moitié est domestiquée. Pour sauver ces éléphants maltraités, des centres se sont ouverts un peu partout dans le pays. Leur objectif est de soigner ces éléphants mais aussi de leur permettre de vivre une vie qui devrait être la leur. Et surtout de leur redonner confiance et foi en l’homme. Cependant, malgré tous les soins apportés par les bénévoles, il arrive que certains éléphants ne survivent pas, tant leurs blessures physiques et psychologiques sont profondes.

Même si tous les centres fonctionnent sur le même principe, il en existe certains au bien-fondé mitigé. Pour satisfaire les visiteurs, en gros pour qu’il en ait pour leur argent, les organisateurs n’hésitent pas exploiter les éléphants. C’est-à-dire en maintenant leur présence auprès des visiteurs plusieurs heures par jour. Ou bien en leur imposant un rythme soutenu plusieurs jours d’affilée. Par conséquent, attention lorsque vous choisissez un centre, prenez un maximum de renseignements en amont pour éviter de mauvaises surprises.

Dans un tout autre esprit, Odysway vous propose son expérience au Sri Lanka. Dans la région de Kegalle, au cœur du Sri Lanka, vivez une expérience unique axée sur un tourisme responsable. Votre mission sera notamment de soigner les éléphants, de les nourrir et d’aider à leur réintroduction dans leur habitat naturel. Le tout avec une immersion dans un sanctuaire pour tortues, et une magnifique expédition dans le centre de l'île, où vous découvrirez le Sri Lanka authentique. Une expérience dont vous sortirez grandi !

Aller à la rencontre de l’éléphant en Thaïlande dans son milieu naturel

Pourquoi ne faut-il pas faire de l'éléphant en Thaïlande ?
vecUn éléphant dans la forêt de Kanchanaburi

Une autre façon de voir un éléphant en Thaïlande, c’est d’aller à sa rencontre directement dans son milieu naturel. Il existe de nombreux parcs nationaux en Thaïlande où les éléphants évoluent en totale liberté. Comme par exemple au Parc National de Kui Buri dans la province de Prachuap Khiri Khan. Ce type de visite ne se fait pas seul bien évidemment, pour des questions de sécurité évidentes. Rappelons qu’un éléphant est un animal sauvage et qu’une mère protégera son petit coûte que coûte. C’est pourquoi vous êtes accompagné par un ranger. Par son expérience, il sait où se rassemblent les éléphants et vous mènera au plus près dans des conditions de sécurité optimum. Et pour profiter de ce spectacle magique, n’oubliez pas vos jumelles !

Pour découvrir nos voyages axés sur la thématique "Animaux", cliquez ici.